• Admin

Ukraine : message de Sa Sainteté le patriarche Cyrille

Source



Dans un message adressé aux primats des Églises orthodoxes locales, au pape François, à l’archevêque de Canterbury, Justin, Welby, chef de la Communion anglicane, au secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises, O. Fykse Tveit, ainsi qu’au secrétaire général de l’ONU, A. Guterres, au secrétaire général de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, T. Greminger, au président français E. Macron et au chancelier d’Allemagne A. Merkel, chefs des états faisant partie du « Quartet Normand », le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a attiré l’attention sur la généralisation des cas de violations des droits et des libertés des hiérarques, du clergé et des fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne.


« Ces derniers temps, l’ingérence des dirigeants de l’état ukrainien dans les affaires de l’Église a pris la forme de pressions brutales, exercées contre l’épiscopat et le clergé de l’Église orthodoxe ukrainienne, qui permettent de parler de véritables persécutions », constate Sa Sainteté.

Il remarque également que le prétexte à l’augmentation des pressions a été le refus de l’épiscopat orthodoxe ukrainien de participer au « concile de réunification », soutenu par les autorités de l’Ukraine, au cours duquel l’Église orthodoxe ukrainienne, qui est la confession religieuse numériquement la plus importante du pays, comptant treize mille paroisses, plus de deux cents monastères et des millions de fidèles, devrait être remplacée par une nouvelle organisation religieuse, créée par le président ukrainien, P. Porochenko, avec le patriarche de Constantinople Bartholomée.


Il est précisé dans les messages envoyés aux chefs religieux, aux responsables des organisations internationales et aux chefs d’état « qu’afin de forcer l’épiscopat de l’Église orthodoxe ukrainienne à participer à cette manifestation, les organes gouvernementaux de l’Ukraine et ceux du maintien de l’ordre ont recours à différentes méthodes, constituant une violation flagrante des droits et des libertés constitutionnels des citoyens ukrainiens. »

Le patriarche Cyrille déclare aussi que les hiérarques de l’Église orthodoxe ukrainienne sont convoqués pour des « entretiens » et des interrogatoires par le Service de sécurité de l’Ukraine, sont retenus sous différents prétextes, notamment lorsqu’ils passent la frontière ukrainienne, et sont soumis à des fouilles humiliantes. Le 9 décembre, notamment, le Service de sécurité de l’Ukraine a refusé l’accès au territoire du pays au métropolite de Donetsk Hilarion, citoyen ukrainien, se référant à « un ordre spécial de Kiev ». »


Au niveau du gouvernement et des autorités locales, les autorités tentent de priver l’Église orthodoxe ukrainienne de ses droits légitimes à la jouissance des laures des Grottes de Kiev et de Potchaïev, les principaux monastères de l’Ukraine orthodoxe.

Ainsi, le 23 novembre 2018, le ministère de la Justice ukrainien a annulé l’enregistrement du droit de la communauté monastique à la jouissance des bâtiments du site de la laure de la Dormition de Potchaïev. Le 28 novembre, le Cabinet des ministres d’Ukraine a annulé son ordonnance du 17 juillet 2003 « Sur l’exclusion des bâtiments de la laure de la Dormition de Potchaïev du site historique et architectural national de Kremenets-Potchaïev ». Les représentants du site national ne cachent pas que la jouissance du monastère pourrait être prochainement cédée à une autre organisation religieuse. Le 5 décembre, les responsables du site national de Kremenets-Potchaïev ont effectué une vérification des objets ecclésiastiques de valeur de la laure de la Dormition de Potchaïev.


Évoquant la situation de la laure de la Dormition des Grottes de Kiev, le patriarche informe que, le 28 novembre, pour la première fois depuis 30 ans, la Commission du ministère de la Culture d’Ukraine a procédé à une inspection des objets de valeur conservés à la laure des Grottes de Kiev.

Le 30 novembre, une perquisition a été effectuée sur le territoire du domaine agricole de la laure des Grottes de Kiev, au village de Voronkov, district de Borispol, région de Kiev. Différentes violations de la législation ont été commises dans la procédure de perquisition.

Le message souligne que, sur la foi d’accusations infondées de « haute trahison» et « d’incitation à la haine religieuse », on cherche à mettre en examen des évêques et des clercs. Dans plusieurs régions d’Ukraine, des perquisitions ont été effectuées dans les locaux des directions diocésaines, dans les églises et au domicile des ministres du culte.

Ainsi, le 1er décembre, 20 clercs des diocèses de Rovno et de Sarny de l’Église orthodoxe ukrainienne (région de Rovno) ont été convoqués à comparaître devant le Service de sécurité de l’Ukraine.

Le 3 décembre, des perquisitions ont été effectuées dans les cathédrales, les directions diocésaines, les églises et même au domicile des ministres du culte de l’Église orthodoxe à Jitomir, Ovroutch et Korosten.


Le 5 décembre, 12 prêtres des diocèses de Rovno et de Sarny de l’Église orthodoxe ukrainienne ont subi un interrogatoire. Les documents précisent que l’enquête est menée dans le cadre d’une procédure pénale en vertu de l’article 111 (« haute trahison ») et de l’article 161 (« incitation à la haine religieuse ») du Code pénal ukrainien.

Lire la suite sur : https://mospat.ru/fr/2018/12/14/news167941/

18 vues

© 2023.

Créé avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • YouTube - White Circle
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now