• Admin

Les études sur le genre interdites en Roumanie

Source



Les sénateurs de la majorité et de l’opposition roumaines ont voté, main dans la main, le 16 juin, par 81 voix pour, 22 contre et 27 abstentions, un amendement à la loi sur l’éducation interdisant dans les écoles et les universités« les activités propageant la théorie ou des opinions sur l’identité de genre en vertu desquelles le genre est un concept différent du sexe biologique et les deux ne sont pas toujours identiques ».


L’Université Babes-Bolyai de Cluj, la deuxième du pays et qui a un centre d’études sur le genre, s’est déclarée « stupéfaite (…) qu’une théorie académique puisse être interdite par la loi ». L’université de Bucarest a, elle, fait valoir que cette interdiction « est en contradiction avec les droits fondamentaux garantis par la constitution et les conventions internationales auxquelles la Roumanie est partie ».


« Un retour au Moyen Âge »


« La Roumanie s’aligne sur des positions promues par la Hongrie et la Pologne, devenant un régime qui introduit la police de la pensée », s’est indigné l’universitaire et sénateur Vlad Alexandrescu. La Hongrie avait, en pionnière, interdit de telles études en 2018.

En quelques heures une pétition lancée par des ONG et des associations d’étudiants a collecté 16 000 signatures pour exhorter le président Klaus Iohannis à ne pas promulguer une loi qui « renverrait l’éducation en Roumanie au Moyen Âge ». Dans l’ouvrage paru en 2015 Anglicist Women’s and Gender Studies in Romania: Between Persistence and Resistance portant sur le genre en Roumanie, l’universitaire Ana-Karina Schneider pointait « l’organisation patriarcale profondément enracinée de la société » et « le sentiment inébranlable que le féminisme est une importation étrangère ».


L’abandon probable de la loi


L’église orthodoxe est restée en retrait d’une loi que le politologue Alexandru Gussi considère comme un « non -sujet ». Si le thème est sensible en Roumanie, « les parlementaires n’ont pas étudié le fond de la question, ils ont fait un “coup”, lançant un sujet de campagne dans la perspective des élections législatives de l’automne prochain », estime-t-il.

20 vues

© 2023.

Créé avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • YouTube - White Circle
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now