• Admin

Le patriarche Cyrille de Moscou en défense du Patriarcat de Jérusalem

Source


Le patriarche Cyrille de Moscou en défense du Patriarcat de Jérusalem

Les actes de groupes juifs radicaux cherchant à «évincer la communauté chrétienne de Jérusalem et de sa banlieue» suscitent l’inquiétude des milieux orthodoxes au plan mondial. Réagissant aux propos alarmistes du 141e patriarche grec orthodoxe de Jérusalem Théophile III, le patriarche de Moscou Cyrille a exprimé sa solidarité avec les chrétiens menacés de la Ville Sainte.

Le chef de l’Eglise orthodoxe russe a dénoncé le radicalisme «artificiellement alimenté d’idées religieuses, car l’humanité a souffert pendant des siècles des guerres de religion». «Nous prenons très à cœur l’inquiétude de Sa Béatitude le patriarche Théophile», a souligné le patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies. «Nous connaissons les difficultés auxquelles est confrontée l’Eglise de Jérusalem, a déclaré le patriarche Cyrille dans l’interview qu’il donne chaque année pour la Noël orthodoxe à la chaîne de télévision «Rossia», se déclarant solidaire du primat de l’Eglise orthodoxe de Jérusalem. «Naturellement, nous interviendrons pour soutenir le Patriarcat de Jérusalem, notamment pour qu’il conserve les propriétés qui lui appartiennent».

Menaces sur le «chemin des pèlerins»

La propriété de plusieurs hôtelleries du Patriarcat de Jérusalem, situées dans le quartier chrétien, près des portes de Jaffa, est injustement contestée par des associations juives radicales, note le Patriarcat de Moscou. Si ces bâtiments leur revenaient, le fameux «chemin des pèlerins», emprunté chaque année par des millions de chrétiens venant à Jérusalem – une rue de la Vieille Ville conduisant des portes de Jaffa au Saint-Sépulcre – pourrait leur devenir inaccessible. L’Eglise orthodoxe craint que le droit d’emprunter cette voie vers le principal sanctuaire chrétien puisse être retiré aux pèlerins. Le christianisme est une religion de paix, a rappelé le primat de l’Eglise orthodoxe russe, et l’idée chrétienne ne peut s’accompagner d’aucun radicalisme. «Nous souhaitons que notre prédication soit reçue de ceux auxquels elle est destinée sans la moindre contrainte», a souligné le patriarche.

Danger du fanatisme religieux

Ayant constaté que les manifestations de radicalisme et de fanatisme dans les relations interreligieuses sont très dangereuses, non seulement la Terre Sainte, mais d’autres régions du monde, Cyrille a ajouté que c’était la raison pour laquelle l’Eglise orthodoxe russe était toujours favorable au dialogue, y compris au dialogue avec les représentants des autres religions «pour chercher des positions communes».

En décembre dernier, les représentants des Eglises chrétiennes de Jérusalem ont rappelé la nécessité du respect du statu quo sur la Vieille Ville de Jérusalem et surtout sur le «chemin des pèlerins». Face à la menace de groupes extrémistes et des spéculateurs immobiliers qui mettent en danger la présence chrétienne à Jérusalem, les chefs des Eglises chrétiennes de la Ville Sainte demandaient la création d’une «zone culturelle et patrimoniale chrétienne spéciale» afin de sauvegarder l’intégrité du quartier chrétien de la vieille ville de Jérusalem. Ils attiraient l’attention des autorités et de l’opinion publique sur les agressions physiques et verbales contre des membres du clergé, sur les attaques contre des églises chrétiennes, sur les actes de vandalisme commis sur les objets saints, ainsi que sur les tentatives de violer l’intégrité et l’originalité culturelle du quartier chrétien de la Vieille Ville, «dans le but final d’exclure la communauté chrétienne de Jérusalem».

Des incidents sur tout le territoire israélien

Le Patriarcat de Moscou rapporte le dernier incident: le 30 décembre 2021, un inconnu a commis un acte de vandalisme à la représentation de la Mission russe Sainte-Tabitha, à Tel-Aviv-Jaffa, profanant plusieurs tombes du cimetière chrétien situé sur le territoire de l’église russe. «Durant la journée, un jeune homme inconnu, masqué, le visage caché sous une capuche, s’est introduit sur le territoire de la représentation par l’école israélienne voisine. Il a jeté à terre et brisé plusieurs croix de marbre, installées sur les pierres tombales. Ces actes ont été fixés par les caméras de surveillance. La Mission russe de Jérusalem s’est adressée à la police, exigeant de trouver et de punir le malfaiteur».


Lire la suite sur : https://www.cath.ch/newsf/le-patriarche-cyrille-de-moscou-en-defense-du-patriarcat-de-jerusalem/

0 vue0 commentaire