• Admin

Kosovo: le cimetière orthodoxe serbe de Lipljan à nouveau profané

Source



Les tombes du cimetière serbe de Lipljan, situé dans le district de Pristina, capitale du Kosovo, ont été profanées dans la nuit du 12 au 13 juillet 2019. C’est la septième fois que ce cimetière orthodoxe est pris pour cible. Sous la pression des extrémistes albanais, la minorité serbe du Kosovo est en constante diminution.


A Pristina, la Mission de l’OSCE au Kosovo, dirigée par l’ambassadeur norvégien Jan Braathu, a vivement condamné la profanation du cimetière orthodoxe serbe. Jan Braathu, qui s’est rendu rapidement sur les lieux, a appelé les dirigeants locaux à envoyer un message clair condamnant de tels actes.

Il a rappelé sur le compte twitter officiel @OSCEKosovo que les tombes sont sacrées pour les membres de la famille et les communautés en général et que toute profanation provoque des sentiments très douloureux. L’OSCE a demandé à la police du Kosovo de réagir avec célérité et de suivre l’affaire.


Agresseurs jamais retrouvés


Il reste actuellement 800 habitants serbes dans cette ville sur les 6’000 qui y vivaient avant les troubles de 1998/1999. Les tombes du cimetière ont été profanées de nuit, dans une zone où il n’y a pas de surveillance vidéo.

“La police et des médecins légistes de Pristina sont venus, mais nous n’avons pas d’espoir que les coupables soient retrouvés, car jusqu’à maintenant on n’a jamais trouvé les agresseurs des Serbes et de leurs biens”, a déclaré le représentant serbe auprès du Conseil local de sécurité.


Epuration ethnique


Non loin du cimetière est situé, derrière une haute clôture en fer, la cour du jardin de l’église de l’Entrée au Temple de la Mère de Dieu, un édifice du XIVème siècle, avec une autre église, récente, dédiée aux saints Flore et Laure, des saints originaires du lieu.

C’est le seul endroit où les Serbes de Lipljan se rassemblent. Jusqu’à présent, les deux églises se trouvaient en zone protégée, dans laquelle toute construction était interdite, ce qui va changer très prochainement, note le site orthodoxie.com. Selon les habitants du lieu, il y aura alors le risque que les Albanais offrent des sommes importantes aux Serbes du lieu pour qu’ils le quittent, de telle façon qu’il ne reste plus de Serbes dans cette ville.


Témoignage du Père Sava


Grand reporter, Vladimir de Gmeline a publié le 25 juin 2019 sur le site français Marianne.net un reportage auprès du Père Sava, à la tête du monastère orthodoxe serbe de Decani depuis plus de vingt ans. Il se trouve dans une enclave serbe à l’ouest du Kosovo, dans la vallée de la Drenica, en plein fief historique de l’UCK, la guérilla albanaise du Kosovo qui a lutté les armes à la main contre Belgrade.


D’architecture byzantine, le monastère de Decani, édifié au XIVe siècle, est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Menacé par les extrémistes kosovars, il est toujours protégé par un détachement de la Force de maintien de la paix au Kosovo (KFOR). C’est dans ce monastère protégé par la KFOR que les Serbes vivant dans des enclaves, souvent pauvres et isolés, se rendent pour assister aux messes et aux fêtes religieuses.


Lire la suite sur : https://www.cath.ch/newsf/kosovo-le-cimetiere-orthodoxe-serbe-de-lipljan-a-nouveau-profane/

14 vues

© 2023.

Créé avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • YouTube - White Circle
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now