• Admin

Des chrétiens russes demandent à Poutine de démettre le gouvernement pour cause de tyrannie covidien

Source

Notes de Strategika : de manière très prosaïque, l’État central russe a-t-il conscience que tout ceci peut mener à terme à un réel éclatement de la Russie (ce qui est l’objectif des globalistes depuis toujours) et venir ainsi ruiner tous les efforts de stabilisation intérieure et extérieure entrepris par la Russie depuis 20 ans ?


Des militants chrétiens russes lancent une campagne de pétition à l’échelle nationale et demandent à Poutine de démettre le gouvernement pour cause de tyrannie covidienne.

Le mouvement social Forty Times Forty est le mouvement social conservateur chrétien le plus connu et le plus ancien de Russie, avec des centaines de milliers d’adhérents et des dizaines de milliers de militants dans tout le pays. Leur leader, Andrei Kormukhin, est une personnalité nationale bien connue, fréquemment invitée dans les talk-shows télévisés et très active sur les médias sociaux, où lui et son groupe sont très suivis.

Kormukhin, père de 9 enfants, orthodoxe dévot et très connu, et défenseur acharné des familles nombreuses, s’est imposé comme l’une des voix les plus influentes et les plus éloquentes dans la vigoureuse réaction publique contre les récents plans radicaux du gouvernement visant à mettre en place un accès par code QR dans la plupart des domaines de la vie publique russe, et à imposer la vaccination. Les meilleurs médias sociaux pour le suivre sont ses canaux Telegram personnel et collectif (contenu en russe). Comme en Occident, Telegram s’est imposé en Russie comme la première plateforme de discussion politique non censurée. (Nous aimons aussi Gab !, mais il n’a pas encore pris le dessus en Russie).


par Andrei Kormukhin.


Il y a un décalage croissant entre le gouvernement actuel, qui semble prendre ses instructions de Klaus Schwab, et la majorité du public russe, réputé pour son conservatisme social et politique. La dissonance est encore plus prononcée au sein de l’Église orthodoxe russe, avec ses dirigeants, en la personne des deux métropolites (hauts responsables de l’Église) qui sont considérés comme les principaux candidats au poste de prochain patriarche, Tikhon (auteur du célèbre best-seller Les saints du quotidien) et Hilarion, « ministre des Affaires étrangères » de l’Église russe. Tous deux ont imploré les fidèles d’accepter les vaccins, et tous deux ont publiquement approuvé les récentes initiatives du gouvernement. Pendant ce temps, l’ensemble de l’Église, les fidèles et une majorité de prêtres et de moines s’y opposent catégoriquement, plus encore que le grand public. Certains éléments conservateurs du laïcat orthodoxe mettent en garde contre un schisme si les dirigeants ne tempèrent pas leur course folle vers un nirvana orwellien.


Forty Times Forty (le nom fait référence au nombre d’églises (1600) à Moscou avant que les bolcheviks n’en détruisent la plupart, et à l’importance du chiffre 40 dans la foi chrétienne), s’est fait de plus en plus entendre depuis le début du Covid l’année dernière. Ils ont failli créer un parti lors des récentes élections parlementaires, provisoirement nommé « Pour la famille », et ont été l’un des principaux moteurs de l’étonnante vague de commentaires furieux (plus de 700 000) sur la chaîne Telegram du Premier ministre la semaine dernière. Quelques jours plus tard, une agence gouvernementale qui organisait des auditions publiques spéciales sur les nouvelles lois proposées avec différents représentants de la société russe a refusé la demande de Forty Times Forty de présenter son point de vue lors de ces auditions. Forty Times Forty a immédiatement transformé cette affaire en un scandale de relations publiques, en soulignant, de manière plutôt convaincante, que de toutes les organisations sociales de Russie, c’est elle qui prétend le plus représenter ce que la majorité des Russes pensent réellement, ou du moins un très grand pourcentage d’entre eux.


Mercredi de cette semaine, en réponse à ce démenti, Forty Times Forty a annoncé qu’il lançait une campagne de pétition à l’échelle nationale, exigeant la démission du gouvernement. Ils ont publié une longue lettre ouverte de cinq pages, très bien écrite, adressée au président Poutine (traduction ci-dessous), dans laquelle ils détaillent leurs griefs, qui vont bien au-delà de la question des vaccins et des codes QR, et lui demandent de démettre le gouvernement, qu’ils accusent de mener des politiques préjudiciables à la nation, et de former un gouvernement d’« unité nationale », capable de réconcilier le public russe, qui est profondément divisé sur les questions des vaccins et des codes QR, avec une forte majorité apparente de Russes fortement opposés.


Comme Forty Times Forty est bien établi et dispose de sections dans tout le pays et de nombreux militants enthousiastes, il semble assez probable qu’ils parviendront à recueillir un grand nombre de signatures. Leur stratégie consiste à encourager leurs partisans et toute autre personne à télécharger et imprimer la lettre et une liste de signatures de pétition, et à recueillir des signatures auprès de leurs amis, de leur famille et du public. Qu’ils recueillent ou non suffisamment de signatures pour impressionner Poutine, cet effort va sans aucun doute gonfler leurs rangs en pleine expansion.

Le paysage politique russe a connu une inversion presque complète au cours des six dernières semaines, lorsque le gouvernement a annoncé ses nouvelles politiques. Auparavant, les Russes conservateurs et attachés aux traditions, qui constituent la grande majorité de la population, et des groupes tels que Forty Times Forty, soutenaient généralement Poutine et le gouvernement, ce qui explique la forte popularité de Poutine, qui oscille autour de 60-70% depuis de nombreuses années. Les propositions visant à introduire des vaccinations forcées et des codes QR ont bouleversé ce consensus, le gouvernement étant désormais opposé à la majorité de la population russe. Auparavant, l’opposition était principalement composée de la variété libérale, pro-occidentale, d’Alexei Navalny, si apprécié des grands médias occidentaux, mais avec un soutien limité en Russie, principalement parmi les jeunes électeurs dans les grandes villes libérales comme Moscou et Saint-Pétersbourg, où leur soutien avoisine les 20-30%, mais largement détesté ailleurs. Aujourd’hui, soudainement, en l’espace de quelques semaines, le gouvernement est confronté à la majorité du pays, ainsi qu’à ses éléments les plus conservateurs et les plus chrétiens, ce qui est une perspective très différente de celle qui consiste à affronter la foule molle des pro-globalisme


Il y a eu une explosion d’activité sur les médias sociaux russes, avec des centaines de nouveaux canaux et groupes qui ont poussé comme autant de champignons dans les vastes forêts russes, prenant une position très forte contre les nouvelles politiques. Les grands médias d’État du Kremlin, principalement la télévision, sont entrés en action, diffusant des attaques virulentes contre cette nouvelle race d’opposants, et ces groupes ont riposté avec enthousiasme, gagnant encore plus d’adeptes sur leurs comptes de médias sociaux en plein essor. Il s’agit d’un nouveau territoire pour toutes les personnes concernées, et il n’est pas évident de savoir qui sortira vainqueur de cette nouvelle lutte. De nombreuses personnalités publiques russes influentes n’ont pas pris parti pour l’un ou l’autre camp, attendant peut-être de voir comment les choses évoluent.


Lire la suite sur : https://reseauinternational.net/des-chretiens-russes-demandent-a-poutine-de-demettre-le-gouvernement-pour-cause-de-tyrannie-covidienne/

33 vues0 commentaire