• Admin

“Comment l’orthodoxie est apparue en Chine”

Source


L'Église orthodoxe chinoise relève du Patriarcat de Moscou. Son métochion (un territoire sous sa dépendance) se trouve dans la capitale russe - le temple de Saint-Nicolas-faiseur-de-miracles à Goloutvine. Bien qu’elle ne soit plus reconnue officiellement par l'État en Chine, elle possède un passé riche et héroïque - et il est possible qu'elle retrouve prochainement un statut officiel.

L'un des principaux précurseurs de la foi orthodoxe en Chine au XXe siècle, le père Gregory Zhu (1925-2000), a subi le martyre pour sa foi. En 1966, avec le début de la révolution culturelle, le père Gregory et sa femme ont été capturés par les gardes rouges (membres des détachements révolutionnaires étudiants). Ils ont été torturés, les gardes rouges ont cherché à leur faire renoncer à leur foi, après quoi l'épouse du père Gregory a perdu la raison. Gregory Zhu lui-même a été envoyé briser des pierres dans les carrières - il y a passé 12 ans, jusqu'en 1978. Le travail forcé a ruiné de manière irréversible sa santé, mais après sa libération, il est retourné au service - en 1983, il est redevenu recteur de l’église de l'Intercession-de-la-Mère-de-Dieu à Harbin, où il servait avant la révolution culturelle.

Les Albaziniens, premiers orthodoxes de Chine

Liturgie pour les descendants de cosaques russes au sein de la Mission spirituelle russe à Pékin Domaine public L'histoire de l'orthodoxie en Chine est une histoire de luttes et de privations qui a commencé par un conflit militaire. En 1685, la ville russe d'Albazine sur le fleuve Amour fut assiégée par une armée chinoise qui dépassait largement en nombre les défenseurs de la ville. Une partie de la garnison a réussi à s'échapper en remontant le fleuve et une autre - environ 100 cosaques avec leurs familles, parmi lesquels se trouvaient des Russes, des Bouriates et des Kalmouks - a été emmenée en captivité à Pékin. L'empereur chinois Xuan Ye, qui régnait sous le nom de Kangxi, a décidé non pas d’exécuter ou de capturer les Russes, mais, au contraire, de les enrôler dans l'armée chinoise, formant une « centurie russe ». Ils recevaient de très bons salaires, des cadeaux en espèces, des terres et des maisons pour un usage permanent. Le père Maxime (Leontiev), le premier prêtre orthodoxe russe sur le sol chinois, a accompagné les Cosaques en captivité en Chine. Un ancien temple bouddhiste a été offert aux Russes, qui l’ont transformé en église orthodoxe.

Lorsque le traité de Nertchinsk (le premier traité diplomatique sur le commerce et les frontières entre la Russie et la Chine) a été conclu en 1689, l'importance politique des Albaziniens a commencé à décliner - il est devenu clair qu'il ne serait pas possible d’attirer des Russes au service de la Chine en leur faisant miroiter un gros salaire. Comme la majorité des premiers Albaziniens étaient des cosaques célibataires, ils se sont rapidement assimilés à la population mandchoue et, au milieu du XVIIIe siècle, ils avaient presque perdu leurs traits russes. Néanmoins, la Russie a utilisé ce petit groupe comme confirmation du fait qu'il devait exister une Mission spirituelle russe en Chine, cette dernière ayant ouvert ses portes en 1716 – c’est alors que l'archimandrite Hilarion (Lejaïski) est arrivé à Pékin, apportant avec lui des icônes, des accessoires d’église et des livres liturgiques. Les membres de la Mission étaient enregistrés au service de l’Empire, car ils veillaient sur la foi des Albaziniens figurant dans les rangs de l'armée impériale. Les missionnaires russes n’ont pas réalisé de propagande orthodoxe et n'ont pas interféré dans les intrigues judiciaires, ce qui leur a permis d'éviter les répressions qui étaient menées de temps à autre par le gouvernement chinois contre les chrétiens. Jusqu'en 1861, date à laquelle la première mission diplomatique russe a ouvert en Chine, la Mission spirituelle de Pékin était la seule source d'information de la Russie sur la Chine. Des Chinois orthodoxes : des employés et ouvriers de l'imprimerie de la Mission spirituelle russe à Pékin Temps sombres

Au milieu du XVIIIe siècle déjà, les Albaziniens, qui possédaient traditionnellement une position privilégiée, se sont transformés en une élite dissolue. Parmi leur population, qui dès le début n'était pas complètement russe ethniquement, il ne restait presque rien des traits russes en raison de leur assimilation. Dans leurs maisons, ils avaient traditionnellement des croix pectorales et des icônes héritées de leurs ancêtres, mais, à en juger par le mode de vie, les vertus chrétiennes étaient étrangères aux Albaziniens.

Comme l'a écrit un prêtre orthodoxe de Pékin, les Albaziniens « considéraient toute occupation comme indigne d'eux, créant leur propre type d'habitants de Pékin, des héritiers de la garde impériale. » Arrogants, fiers de leur position privilégiée, ne sachant que faire de leur temps libre, ils erraient dans les rues, fréquentaient les salons de thé et les hôtels, les restaurants et les théâtres, et commençaient à fumer de l'opium. Peu à peu, ils ont commencé à dégénérer spirituellement et physiquement, s'endettant et tombant entre les mains d'usuriers. Dans la société pékinoise, les Albaziniens avaient une réputation extrêmement négative d'ivrognes, de voleurs et d’escrocs. En 1831, seules 94 personnes se considéraient comme Albaziniens, mais elles étaient probablement plus nombreuses en réalité - en raison de leur mauvaise réputation, beaucoup préféraient ne pas mentionner leurs racines.


Lire la suite sur : https://fr.rbth.com/histoire/87764-orthodoxie-chine

1 vue0 commentaire