• Admin

Comment l'Église orthodoxe russe a aidé l'Armée rouge à vaincre les nazis

Source



Si les prêtres orthodoxes ont été persécutés par le régime soviétique, ils ont été parmi les premiers à défendre le pays face à l’ennemi.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, malgré la politique antireligieuse brutale menée par l'État, l'Église orthodoxe russe existait toujours en URSS. En proie à une scission interne, dépouillée de son ancienne influence, elle luttait pour survivre. Même la coopération avec le régime soviétique ne garantissait pas au clergé la sécurité et une vie tranquille - les églises étaient fermées et les prêtres étaient arrêtés et envoyés dans des camps. Néanmoins, lorsque les troupes allemandes ont envahi l'URSS en 1941, l’Église s'est immédiatement rangée du côté de l'État dans sa guerre contre les nazis. Ne se limitant pas à un seul soutien moral, les prêtres participèrent activement à la lutte contre l’ennemi tant à l’avant qu’à l’arrière.

Aide au front

Dès le 22 juin 1941, jour de l'attaque de l'Allemagne nazie contre l'Union soviétique, l'actuel chef de l'Église orthodoxe russe, le patriarche locum tenens (patriarche par intérim jusqu'à l'élection du primat de l'Église par le Conseil), le métropolite Serge (Stragorodski) a de sa propre initiative adressé un appel aux orthodoxes du pays. En particulier, il a déclaré : « Ce n'est pas la première fois que le peuple russe doit subir de telles épreuves. Avec l'aide de Dieu, cette fois aussi, il réduira la force ennemie fasciste en poussière... L'Église du Christ bénit tous les chrétiens orthodoxes pour qu'ils défendent les frontières sacrées de notre patrie ».


Le clergé a non seulement encouragé les citoyens à combattre les Allemands dans ses sermons, mais a également initié la collecte de fonds pour les besoins de la défense, et réalisé des cadeaux aux soldats de l'Armée rouge, aux malades et aux blessés. Les prêtres ont aidé les familles des militaires tués au front et les orphelins ayant perdu tous leurs proches pendant la guerre. Les églises et les monastères ont spontanément mis en place des hôpitaux et des infirmeries.


En 1943, le métropolite Serge s’est tourné vers Staline pour lui proposer d'ouvrir un compte spécial à la Banque d'État afin de collecter des dons pour des véhicules blindés destinés à l'Armée rouge. Staline a donné son accord, lui adressant une lettre de remerciement en retour.


En conséquence, grâce à cette initiative de l'Église orthodoxe russe, la colonne de chars Dmitri Donskoï (du nom du prince de Moscou qui avait vaincu les Mongols sur le champ de Koulikovo en 1380) a été créée. Le 7 mars 1944, 19 chars T-34-85 et 21 chars lance-flammes OT-34 ont été solennellement remis aux troupes soviétiques près du village de Gorelki dans la région de Toula, les véhicules ayant ensuite été répartis entre les divisions. L'un des rares chars qui ont survécu à ce jour se trouve aujourd'hui sur le territoire du monastère Donskoï à Moscou.

Un escadron aérien « Pour la patrie » a été créé grâce aux dons des croyants de Novossibirsk. Un autre escadron, également construit avec l'aide de l'Église orthodoxe russe, a été nommé en l'honneur du prince Alexandre Nevski de Novgorod, qui a défendu les frontières nord-ouest de la Russie contre les croisés allemands au XIIIe siècle.


Lire la suite sur : https://fr.rbth.com/histoire/86289-eglise-russe-wwii

7 vues0 commentaire

© 2023.

Créé avec Wix.com

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • YouTube - White Circle
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now